L’académie de jazz de France depuis 1955

ROCHEMAN Manuel (1998)

Lauréat en 1998

Manuel Rocheman, Chick Corea, Donald Brown et Keith Brown
Jazz en Tête/Clermont-Ferrand 2007
©Philippe Etheldrède

Pianiste et compositeur français (Paris, 23-7-1964).

Ayant commencé à étudier le piano à six ans, il suit les cours du Conservatoire National de Région de Paris (percussion, écriture et piano) et, parallèlement, travaille les techniques d’improvisation avec Michel Sardaby et Martial Solal. En 1983, il forme un trio avec Guillermo Benavides (b) et Patrick Le Moal (dm) et donne son premier concert. L’année suivante, il obtient, outre un diplôme de fin d’études dans la classe d’Alberto Neuman, le premier prix de piano au Concours de jazz de la Défense. Quelques mois plus tard, toujours à Paris, il joue avec Solal des pièces pour deux pianos que Solal et lui ont composées. Commence alors pour lui une carrière de pianiste professionnel, ponctuée de passages en clubs ou festivals et soulignée par deux disques en leader : en 1989 avec François Moutin (b) et Peter Gritz (dm) et deux ans plus tard avec F. Moutin et son frère, Louis Moutin (dm). Au début des années 90, avec Didier Levallet, Jacques Mahieux et, parfois, Sylvain Kassap, il devient un partenaire régulier d’Anthony Ortega lors des séjours européens du saxophoniste.
« Un magnifique pianiste » : ainsi Martial Solal le définit-il. De fait, au-delà d’une très évidente virtuosité (à base, notamment, d’un sens exceptionnel de l’harmonie), sa manière d’affronter thèmes et improvisation participe d’un esprit d’aventure, d’une invention, sans quoi le jazz n’est pas toujours ce qu’il devrait être : une surprise de chaque instant.

J.-P. A.

« White Keys » (1989), « Trio Urbain » (1991) ; « Anthony Ortega On Evidence » (1992).